Mode durable

L’upcycling peut-il être l’avenir de la mode ?

L'upcycling peut-il être l'avenir de la mode ?

La production de textile est une des industries les plus polluantes au monde : elle représente 10% des émissions de CO2 dans le monde, et utilise 4% de l’eau potable disponible. Or, en 2019, on estime que chaque année, 12% de cette matière fabriquée est oubliée, voire détruite. Aujourd’hui, la mode responsable, notamment à travers l’upcycling, est une alternative de plus en plus crédible face à la fast fashion. Les enjeux à affronter sont nombreux mais les consommateurs sont de plus en plus sensibles à ce mode de consommation.

L’état de la mode aujourd’hui

Une surproduction polluante de vêtements, confectionnés par des personnes pas toujours adultes, à l’autre bout du monde, dans des conditions déplorables, et pour un salaire de misère. Voici l’état de la mode dans le monde. Et tout cela pour des tenues qu’on ne portera pas ou peu, mais qu’on aura acheté pour suivre des tendances éphémères.

Heureusement, il existe un autre moyen de se faire plaisir en s’habillant, d’être stylé sans détruire la planète et ses habitants. C’est l’upcycling ! L’up saï quoi ? L’ « upcycling » est une forme de recyclage, qui consiste à utiliser de la matière existante pour en faire autre chose.

 

L’upcycling et la mode durable

Une prise de conscience

Ces dernières années ont vu la montée en puissance de la mode durable grâce à la mise en lumière des scandales liés à la fabrication des vêtements à bas coût dans des conditions inhumaines, l’utilisation de pesticides pour la culture du coton, la pollution des eaux dûe à l’utilisation de teintures chimiques. Une réelle prise de conscience a pris forme chez tous les consommateurs. Tout le monde est au courant aujourd’hui des dérives de la mode, et nous sommes tous d’accord pour dire que cela ne peut pas continuer comme cela.

Une vocation sociale

L’upcycling ne se limite pas à l’utilisation de matière existante pour limiter son impact environnemental. Il s’agit d’une démarche globale, ancrée dans l’économie circulaire. Lorsqu’on fait de l’upcycling, on cherche à améliorer l’ensemble de la chaîne de valeur de la fabrication d’un vêtement : production locale, parfois avec des ateliers d’insertion, utilisation des chutes, relation de confiance avec tous ses partenaires, confection en petites séries pour limiter le gâchis, réflexion autour du zéro déchet de l’utilisation des chutes. Aujourd’hui, l’industrie textile en France se relocalise, notamment grâce à l’upcycling.

L’ upcycling à grande échelle, c’est possible ?

Upcycler, c’est réfléchir à l’envers

Le sourcing est la plus grande difficulté lorsqu’on décide de faire de l’upcycling. Alors que dans un procédé de fabrication traditionnel, on va partir d’un cahier des charges pour fabriquer un tissu ayant les propriétés précises pour un vêtement donné, en upcycling, on part de la matière pour créer le vêtement qui s’adaptera à ses propriétés. Ou si on a déjà développé une pièce, on va devoir trouver un tissu qui pourra correspondre avec elle, et cela réduit les choix.

Mais c’est qui décuple aussi la créativité !

Les autres contraintes de l’upcycling pour un développement à grande échelle

Aujourd’hui, l’upcycling existe à petite échelle : les quantités de matière collectées font qu’on va produire plutôt des séries limitées, parfois des pièces uniques. Cela donne encore davantage de valeur à un vêtements, mais choisir l’upcycling, c’est aussi se confronter à un certain nombre de contraintes au-delà du sourcing.

Trouver les bons partenaires

Très souvent, les ateliers de confection demandent un minimum de quantité pour produire. Sauf que travailler avec de la matière existante, c’est travailler en séries limitées, la plupart du temps de petite taille. Il s’agit donc de trouver un atelier de confection qui comprend cette contrainte et qui a les compétences pour faire de l’upcycling et pour gérer des séries limitées. Un besoin d’innovation se fait sentir également sur les procédés de fabrication.

Sensibiliser tout le monde

L’upcycling demande une explication de texte quand on ne connaît pas, et c’est normal ! Par rapport à un mode de fabrication traditionnel, il faut davantage sensibiliser le grand public, et expliquer comment on produit, d’où vient la matière, comment on définit les prix, pourquoi il faut parfois attendre avant d’avoir son vêtement. Il y a aussi un fort enjeu de reproduction des modèles en série afin de toucher un public plus large !

Des solutions pour démocratiser l’upcycling dans la mode

La démocratisation à travers les grandes marques qui prennent exemple sur les jeunes créateurs

Certaines grandes marques commencent à s’y mettre, ce qui permet de toucher plus facilement les consommateurs. On peut citer par exemple l’entreprise Upcycle Solution, qui a créé un partenariat avec Veepee.

On peut y voir un coup marketing, et/ou la volonté de trouver un compromis entre la mode et la consommation responsable, la construction d’un système permettant à l’upcycling de toucher un plus grand nombre.

Les grandes marques ont la capacité de mettre leur force de production au service d’une économie plus circulaire, tant au niveau du sourcing, que de la production et de la distribution. Même s’il faut faire attention au green washing, pour ma part je trouve cela nécessaire de pouvoir donner accès à l’upcycling au plus grand nombre.

Les enjeux à affronter

Il n’y a pas de secret : si on veut que l’upcycling soit une réelle alternative à la fast fashion, il faut trouver le moyen pour l’upcycling d’accéder à un système de production aussi efficace que pour les marques conventionnelles.

Mais n’oublions pas que les vêtements upcyclés ont un supplément d’âme, une histoire qui leur donne une autre valeur. Ne sous-estimons pas la dimension psychologique et émotionnelle : ce qu’on souhaite aujourd’hui pour beaucoup d’entre nous, c’est de trouver la pièce qui nous ressemble, se réapproprier notre consommation, créer un lien affectif avec nos vêtements.

L’upcycling a de beaux jours devant lui ! Les jeunes adorent chiner, l’upcycling grâce à ses expérimentations permanentes propose un esthétisme et une originalité qu’on ne voit pas ailleurs, et porte des valeurs qui ont de l’importance aux yeux des consommateurs.

La question porte maintenant sur la capacité de l’upcycling à toucher un public plus large. Il y parviendra sans aucun doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *